Séparation du Québec

5/3/2009

Je suis une québécoise, inconditionnellement. Je n'aime pas dire que je suis canadienne car je ne m'identifie pas à ce pays. Cependant, je suis fière de dire que je suis Québécoise, j'ai un vrai sentiment d'appartenance envers ce bout de pays. Nous sommes vraiment différents du reste du Canada, autant dans notre langue, dans notre art, dans notre législature que dans notre façon de vivre.

 

Par contre, je ne suis pas d'avis que nous devrions nous séparer maintenant. C'est certain que je peux facilement y voir plein d'avantages à cette séparation. Tout comme les anti-séparatistes peuvent trouver des tonnes de raison pour rester avec le Canada. Pourtant, je ne crois pas que le Québec soit prêt à être un pays. Il nous manque un plan!

 

En tant que québécoise, j'ai plusieurs questionnements face à l'éventualité d'une séparation avec le reste du Canada.

-Quelle sera notre monnaie? Garderons-nous la monnaie canadienne, adopterons-nous celle des États-Unis ou bien encore l'Euro? Personnellement, je crois face au marché mondial, nous serions mieux avec l'Euro qui est, selon moi, en voie de devenir LA monnaie mondiale.

-Qui assurera notre défense? Parce qu'il faut bien se dire qu'il y a tout de même des chances que l'armée Canadienne tente de nous envahir si jamais nous décidons de nous séparer. Le gouvernement canadien a tout de même posté l'armée aux frontières du Québec lors d'un référendum, au cas où la séparation serait votée.

-Comment pourrons-nous couvrir les dépenses habituellement couvertes par le gouvernement fédéral? La meilleure idée apportée jusqu'à maintenant reste de payer le même montant d'impôts et de taxes pendant quelques années, mais le verser en totalité au gouvernement du Québec. il pourrait ainsi couvrir les dépenses qui était responsabilités du gouvernement fédéral avant et peut-être même plus.

-Avec quels pays ferons-nous du commerce? Parce qui'il faut bien se dire que le Canada ne voudra peut-être plus transiger avec nous pendant quelques temps. Reste à savoir si les États-Unis accepteront toujours de marchander avec nous.

-Est-ce qu'un autre pays que le Canada, tel les États-Unis ou encore la France, tentera de nous racheter? Et si oui, quitterons-nous le Canada pour aller vers une situation encore pire?Personnellement, tant qu'à être indépendant du Canada, je ne vois pas pourquoi nous rejoindrions un autre pays.

-Avons-nous suffisament de ressources naturelles au Québec pour envisager d'être auto-suffisant si cela devient nécessaire après notre séparation? Je crois que c'est un point très important car, comme mentionné plus haut, peut-être qu'aucun pays ne voudra nous acheter ou nous vendre quoique ce soit.

 

Il y a certainement encore plusieurs questions que je n'ai pas soulevées ici, mais c'est celles qui me préoccupent le plus en ce moment. Je ne suis pas politicienne, je ne sais pas exactement comment fonctionne cette énorme machine qu'est la politique, mais j'ai plusieurs idées et solutions. Pas seulement pour l'élaboration d'un plan de séparation, mais aussi pour améliorer la situation du Québec. Malheureusement, mes opinion, idées et paroles n'ont aucun poids auprès des dirigeants.

Alors, je dis oui pour la séparation du Québec, mais pas sans un plan. Et un plan, nous n'en n'avons pas encore, malheureusement.

Category : Mes opinions | Write a comment | Print

Comments

DL, le 10-10-2009 à 11:26:08 :

Recommentaire

Oui en fait j'ai fait un long commentaire finalement :-), je me demandais même si quelqu'un allait répondre.
Je suis tout à fait d'accord avec vous, comme pour tout débat concernant la politique il y a évidemment des
arguments pour chaque côté de la médaille. Sinon la décision serait facile et on n'en parlerait plus
aujourd'hui. C'est tout à fait vrai aussi que l'armée canadienne était postée aux frontières, probablement même
au Québec, mais il faut faire attention de ne pas confondre le fait qu'elle soit en état d'alerte au fait qu'elle
se prépare à une invasion. Car d'ailleurs, l'invasion d'un pays par une force armée est clairement prohibée par
la charte des nations unies. Le faire reviend à s'opposer les 162-167 pays, à recevoir d'importantes sanctions voire
l'expulsion et plus. De plus comme le Canada est l'un des leaders de l'OTAN, étant responsable du centre d'entraînement
internationale des pilotes de chasse de l'OTAN, soyons honnête en remarquant que ce serait
assez improbable qu'il commence à agir à la façon d'Israël contre la Palestine, ou de l'Allemagne contre les juifs.

Mais on doit aussi comprendre qu'il y a eu plusieurs tentatives vers l'indépendance jusqu'à présent, et à mon
avis il serait tout à fait légitime de respecter la décision du peuple jusqu'à présent qui a été le non. Un
changement politique de cette envergure serait fort probablement déclencheur d'un certain brouhaha public
pendant quelques jours du moins, par plaisir ou revendication, il faudrait voir. Il est tout à fait logique que
les forces soent en état d'alerte la veille d'un éventuel changement politique de cette importance. Juste pour
illustrer la probabilité de problèmes d'ordre public, un autre fait que certains semblent oublier dans les deux
côtés (oui et non), est que le fait de franchir de justesse le 50% n'est pas suffisant pour opérer l'immense
changement politique vers l'indépendance. Finalement j'avoues que c'est logique dans la mesure oÙ réaliser un
tel changement doit être justifié par un VRAI désir par la majorité du peuple vers l'indépendance.
Le gouvernement canadien et le gouvernement provincial s'étaient clairement entendu sur ce point. Parmi les
référendums passés, la barre a, par exemple, déjà été à 54%. Même si les deux gouvernements se sont entendus sur
le sujet, j'imgaines que plusieurs citoyens continuent de croire que le 51% est suffisant, dans un tel cas je n'imagines
même pas le désordre, émeutes etc. que certaines indépendendistes moins pacifistes mettraient en branle. Pour la
question d'ordre public, il est très logique d`être prévisible et de s'assurer que les militaires ne soient pas
trop loin. 

Pour ce qui est d'un plan pour le long terme, je suis d'accord que théoriquement c'est un MUST. Mais entre nous,
je n'ai vraiment pas l'impression que le gouvernement provincial "actuel" soit assez logique et sensibilisé à ce
fait. En me référant à mon dernier commentaire, quand on y pense je n'en revient même pas à quel point ce gouvernement
dépense une fortune, notre argent, en demandant des rapports et enquêtes inutiles pour contredire un autre rapport,
et ensuite un autre etc. Nos politiciens et surtout notre méthodologie et Aura politique mène à des chicanes après
chicane après chicane. J'entends des gens qui tiennent des propos plus sensés dans la rue que nos politiciens. Par
exemple même dans cet échange de commentaires il me semble que nous sommes loin d'être aussi bornés, en se criant
des noms etc :). Je suis d'accord avec toi, dans la mesure oÙ il faudrait nettoyer un jour notre parlement de la
racaille actuelle, avoir quelques scholars au gouvernement (parfois j'ai l'impression que nos députés viennent de
sortir de l'école primaire...lol)

 liberteabsolue, le 09-10-2009 à 21:23:30 :

Merci bien de votre réponse

Je voudrais vous remercier de votre réponse, très éducative.
Je crois cependant que quelqu'un qui prône la séparation pourrait répondre avec autant d'informations que vous à mes questions, mais en abondant dans l'autre sens.
Tant qu'à moi, je voudrais bien la souveraineté du Québec, mais je suis de plus en plus consciente que ce serait très difficile pendant plusieurs années. Dans les circonstances actuelles, c'est une option qu'on ne peut pas envisager. Par contre, à long terme, avec beaucoup de préparation, je crois que ce pourrait devenir possible.
Pour ce qui est d'une éventuelle invasion du Québec par l'armée Canadienne, sachez que c'est un professeur d'histoire du Cégep qui m'a dit, qu'au dernier référendum, l'armée canadienne était postée aux frontière du Québec, pour faire je ne sais quoi, dans l'éventualité ou le oui l'emporterait.

DL, le 09-10-2009 à 02:50:16 :

Québec souverain

Beaucoups de problèmes soulevées ici seraient probablement encore plus accentués que cela dans l'éventualité
de la souveraineté.

 

Premièrement, l'idée d'utiliser la monnaie de n'importe quel autre pays est complètement superflue, mis à part
l'éventuel recourt à une monaie commune en Amérique, voire dans le monde. Nul doute que pour l'instant, même l'euro
n'est pas envisageable. On ne peut pas simplement choisir une monnaie parmi une boîte à surprise et l'utiliser,
non seulement pour nos achats mais également comme indice de la santé financière du pays. Pour la question de monnaie,
la réponse est simple, souveraineté = besoin d'avoir notre propre monnaie, notre propre infrastructure relative à
cette monnaie (comme le royal mint au Canada) etc.

 

Pour ce qui est de la défense, soyons réaliste, oublions l'aspect d'invasion par l'armée canadienne qui est mentionné
ici (il y en a qui regardent beaucoup de films ;-)), mais il est vrai que le Québec devrait se munir d'un service
de la défense. La première option, s'entendre avec l'armée canadienne pour un prolongement de service sur le territoire,
à court ou à long terme...mais ce serait pas gratuit les amis. Dans le domaine militaire, je vous invite à consulter
les documents tel que la convention de la Haye, de Genève et autres politiques de défense etc. vous remarquerez que
pour faire partie intégrante du service de défense d'un pays donné, un individu doit OBLIGATOIREMENT être citoyen de
ce pays. D'un point de vue logistique, les régiments et soldats actuellement québécois appartiennent en tout droit aux
FORCES CANADIENNES. Il doit y avoir logiquement une prévision faite par rapport à une nouvelle allégence de nos soldats québécois.
Peut-être auraient-ils le choix? Le gouverment devra y penser, sinon les soldats de carièrre décidant de rester dans les forces
canadiennes de vos régiments préférées pourraient éventuellement devoir quitter le territoire. Notons que peuple québécois, nous
sommes également les moins enclins au Canada actuel à choisir une carrière militaire (pacifisme) et ce n'est pas l'indépendance
qui changerait bien bien les choses.

 

Au niveau policier, plus de juridiction de la GRC sur le territoire québécois et donc toutes les fonctions tombent dans les mains de la sûreté du Québec,
surveillance aux aéroports, surveillance potentielle terroriste etc. Bon les effectifs doivent monter mais encore on n'est même pas capable d'avoir
les effectifs de services d'urgences correct dans les grandes villes. Au militaire, JTF2, soit le service de soldats d'élite canadien qui est actuellement
l'un des mieux coté au monde: plus de responsabilité directe pour la protection du citoyen québécois.

 

Autre chose pour le militaire, que ce soit pour la "location" de service des forces canadiennes ou la création de régiments
québécois,...ouf...c'est dispendieux pour une province qui souffre déjà d'un haut taux de taxes et de salaires faibles par rapport à
l'économie mondiale (j'ai récemment vu en statistique que le 10e métier et salaire associé le plus payant au point de vue
mondial est plus élévé que le salaire avant impôt du plus haut salarié moyen au québec!!!).

 

De plus, le peuple québécois semble actuellement chanter très fort son désir de taxer encore plus ceux qui gagnent de gros salaires,
qui en passant sont de très loin inférieurs à leurs confrères dans le monde. Disons que c'est l'indépendance et que l'on écoute ces
suggestions pour payer tous les services que le Canada ne nous offre plus, ou qu'il nous offre moyennant des redevances (money or inkind)
Plusieurs de ces métiers et salariés ayant passé plusieurs années à l'université se verraient retirer tellement d'argent par les impôts qu'ils
finiraient  à un niveau de vie similaire à ceux sortis de formations professionnelles. Belle façon de valoriser l'éducation au Québec, de
combattre le décrochage et de garder nos spécialistes qui se sauvent déjà d'ici hein!!! On peut dire des beau discours d'égalité mais soyons
réaliste, après 8 ans d'université (médecine ou bac, maitrise et doc en génie par exemple) il me semble que ce serait justice rendu que les
rares individus qui passent à travers soient récompensés d'un salaire un peu plus important. On parle beaucoup d'équité salariale homme-femme
au Québec, mais qu'advient-il de la balance salariale basée sur la sueur d'un dur parcours académique.

 

En parlant de spécialistes, il est aussi logique de penser que certains centres de recherche pourraient, éventuellement, être intéressés
à revenir dans leur propre pays. C'est-à-dire pas exemple l'Agence Spatiale Canadienne de St-Hubert et son centre d'entraînement pour
l'utilisation du bras canadien. J'imagines que certains en ont rien à faire que des personnes comme Julie Payette doivent quitter le Québec
pour poursuivre leur rêve, mais le gouvernement provincial a-t-il VRAIMENT penser aux investissement fédéraux qui se font actuellement
au Québec dans le domaine de la recherche et des technologies qui pourraient disparaître? Croient-ils vraiment que l'on pourrait continuer
au rhytme actuel, avec les mêmes conditions salariales et d'impôts...mais voyons ils vont devoir nous en soutirer de l'argent et pas à peu
près s'il veulent continuer comme ça. Sinon l'autre option, effondrement important des travaux et retombées économiques concernant les domaines
fédéraux de haute technologie. Évidemment il en va de même des bourses d'étude univsersitaires dont plusieurs sont données par le CRSNG, une
filière fédérale de subvention à la recherche.

 

Donc ce que serait le Québec indépendant? Il pourrait être un pays où il serait plus difficile que maintenant de gagner sa vie et de garder de l'argent
pour acheter toutes sortes de babioles. Il pourrait être un pays oÙ les universitaires nés québécois finissent par se laisser guider par leur goût
croissant de l'aventure (par rapport aux générations précédentes) et décident de faire leur vie dans un autre pays où leur choix de carrière est
mieux récompensée. Il pourrait être un pays oÙ la majorité des médecins, des ingénieurs etc. immigrent de pays moins fortunés pour prendre les
places vacantes laissées par nos compatriotes. J'appuies tout à fait la diversité curturelle, la connaissant moi-même au sein de ma propre
famille. Mais il est clair que l'idée d'indépendance serait loin de favoriser la conservation de l'identité culturelle dont les politiciens à
Québec parlent avec tant de ferveur. De telles conflits conceptuels au sein de l'idée de souverainenté donnent un bon aperçu des conflits internes
que le gouvernement provincial devra affronter. Si ce dernier place tous ces efforts et ces fonds dans une série d'études, de rapports, de débats,
de chicanes politiques et de demandes d'excuses publiques entre politiciens comme il le fait maintenant, ce gouvernement finira par s'excuser surement
de nous avoir tous emener vers l'indépendance en tentant finalement de s'accrocher aux autres pays pour utiliser leur type de monnaie, leurs idées
politiques, leurs coutumes, leurs soldats et leurs scientifiques.

 

Et bien qu'au Québec on se vante d'être unique d'un point de notre ouverture et de notre unicité culturelle, on boude encore et encore les affiches
commerciales écrites en anglais, les artistes anglophones lors de fêtes nationales et les quelques mots anglais de notre vocabulaire que même nos
ancêtres ont croisés. On fête les irlandais et on s'oppose aux reproductions théâtrales de la bataille des Plaines d'Abraham et à toute autre
festivité anglophone d'ailleurs.

 

Je fais parti de la 11e génération dans ma famille à vivre au Québec, mon premier ancêtres ayant combattu en 1665 dans le régiment Carignan pour Louis IX.
Comme plusieurs québécois dont l'arbre généalogique remonte à ces premiers français, ma famille est de descendance normande, soit de la ville de Rouen.
Beaucoup d'entres nous, normands, qui parlons de nos ancêtres sommes donc une concoction franco-anglaise. L'angleterre a jouée autant un rôle
important dans notre sang que dans l'établissement de la structure actuelle au Québec français. En effet, un peu de lecture historique
vous fera découvrir que la Nouvelle-France, sans la fusion avec la Nouvelle-Angleterre, était la plus pauvre colonie de toute les Amériques.
La fameuse union au Canada y est pour quelque chose dans la situation économique actuelle plus ou moins stable.

 

Même après ce sang que ma famille a versée pour la France et le Québec, je continues de croire que nous somme canadiens. Nous somme uniques mais dans
la structure politique et l'histoire canadienne. Nous jouons fièrement au hockey pour Team Canada parce qu'à l'intérieur nous savons que
notre histoire est là aussi.
                  
         

D0yle, le 10-07-2010 à 19:09:02 :

Nous serions plus qu'enchanté de votre aide

Je me permet de vous laisser le lien d'un mouvement que nous sommes actuellement entrain de fonder. Nous en sommes encore à nos débuts et nous cherchons des appuis pour se joindre à notre équipe. Nous allons bientôt déposer au DGE les signatures et les documents nécessaires pour devenir officiellement un parti politique. Je vous laisse le lien d'un article qui parlait un peu de nous. Au plaisir de discuter avec vous, nos idées sont aussi négociables, le but est de justement instaurer une nouvelle façon de faire avec des comités de citoyens qui auront un réel pouvoir et une voix directe au gouvernement en plus d'une structure pour minimiser la corruption. :) http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201005/09/01-4278806-nouveau-parti-independantiste-a-lhorizon.php À Bientôt j'espère

| Contact author |